ÉCOLE D'ÉTÉ EN OCÉANOGRAPHIE

Du 28 mai au 31 mai 2019, les spécialistes de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) organisent trois journées et demie d’activités scientifiques et ludiques pour permettre aux étudiants universitaires et collégiaux ainsi qu’aux professeurs et à toutes les personnes intéressées par les sciences de la mer, de découvrir les métiers de l’océanographie.

ÉCOLE D'ÉTÉ EN OCÉANOGRAPHIE

Du 28 mai au 31 mai 2019, les spécialistes de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) organisent trois journées et demie d’activités scientifiques et ludiques pour permettre aux étudiants universitaires et collégiaux ainsi qu’aux professeurs et à toutes les personnes intéressées par les sciences de la mer, de découvrir les métiers de l’océanographie.

Programmation de l'édition 2019

Cette formation se veut une initiation à la pluridisciplinarité de l’océanographie sous toutes ses formes soit biologique, physique, chimique et géologique. Cette initiation aux sciences de la mer est concrète et implique des sorties sur le littoral et en mer pour observer divers environnements marins.

Durant ces trois journées et demie, vous rencontrerez des professeurs et des étudiants gradués des quatre disciplines de base de l’océanographie, la biologie, la chimie, la physique et la géologie. Vous visiterez des laboratoires de la station aquicole de Pointe-au-Père ou de l’Institut Maurice-Lamontagne. De plus, une mini-campagne d’observation et d’échantillonnage est préparée et sa réalisation se traduit par un travail sur les battures et sur l’eau, à bord d’une petite embarcation. Vous utiliserez des appareils servant à prendre des mesures et des échantillons dans l’eau, et vous ferez l’examen détaillé d’une partie de la zone intertidale en explorant les sédiments, la faune et la flore. 

Au cours de la dernière journée, vous ferez une synthèse de vos observations et tenterez de créer un modèle conceptuel de ce fascinant « lieu de rencontre », en soulignant les interactions entre les différentes composantes du milieu avec l’aide des spécialistes. 

L’océanographie est pratiquée à Rimouski par des experts ayant une formation scientifique dans différentes disciplines. 

Physique 
Les physiciens étudient les mouvements de l’eau en fonction de différents facteurs, tels que marée, vents, variations de débit d’eau douce, ainsi que les variations dans l’espace et le temps. 

Chimie 
Les chimistes étudient ce qui contrôle la présence et la persistance des éléments nutritifs ou des polluants dans l’eau de mer. Ils étudient les interactions entre les contaminants et les sédiments ou les organismes. Les océanographes chimistes s’intéressent aussi aux grands cycles biogéochimiques (carbone, azote, oxygène) et aux effets de l’homme sur les systèmes estuariens et marins. 

Aquaculture 
Cultiver la mer ! Un défi de plus en plus présent dans toutes les régions côtières du globe. Les chercheurs de l’ISMER s’intéressent à l’aquaculture que ce soit pour ses aspects biologiques (reproduction, alimentation, croissance) que pour ses aspects environnementaux (captage de naissain, choix de site, impacts sur le milieu). 

Biologie 
Les biologistes étudient les organismes vivants dans les mers, comme les algues, les crustacés et les mollusques tels que les homards, les crabes et, les moules, ainsi que les poissons et les mammifères. Ils s’intéressent à la compétition entre ces organismes, aux relations trophiques et à tous les facteurs qui peuvent déséquilibrer ces relations, comme le changement de climat et la pollution. 

Géologie 
Les géologues s’intéressent à l’évolution du fond, c’est-à-dire à la nature des sédiments, les mécanismes de leur mise en place et l’historique de leur accumulation. 

Ces études sont très importantes. Elles contribuent à mieux connaître les zones côtières où se trouvent de nombreuses structures telles que les ports et les quais. 

Partir en mer 
Pour acquérir ces données, les océanographes partent en mer. Certains chercheurs prélèvent des sédiments et les animaux qui y vivent, d’autres recueillent de l’eau de mer pour en faire l’analyse ainsi que pour étudier et analyser les végétaux et animaux microscopiques qu’elle contient, d’autres encore mesurent les courants marins à l’aide de courantomètres. L’analyse de ces données se fait au laboratoire ou par ordinateur à l’aide de modèles numériques. 

logo mobile